privatisons Auschwitz

23062009

Encore un hommage à Pierre Desproges sur le service public audiovisuel. Hommage hélas involontaire. Soucieux de ne pas sombrer dans la grossièreté insondable de TF1, les journalistes de France Télévisions mènent des enquêtes audacieuses qui osent s’attaquer aux questions essentielles … et qui ne sont pas sans rappeler la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, sauf que là, ce seraient plutôt les deux heures futiles.

Hier soir c’était le tour de Benoît Duquesne, qui, malgré un joli prénom, accumule les preuves de son insignifiance à chacune de ses sorties. Son fait d’armes le plus légendaire date du soir de l’élection de Chirac en 1995, quant notre benet passa sa soirée à l’arrière d’une moto, le micro tendu vers la CX de Jacques et Bernadette (si on m’avait dit que je les regretterais ces deux-là !). Bref, ce sémillant passeur de plats était à l’oeuvre hier pour présenter une série de reportages, pas tous inintéressants d’ailleurs.

Mais l’un d’eux était particulièrement … étonnant ? Non, car « ensemble, tout est devenu possible« , selon la devise libérale, dont la version littéraire héritée de Machiavel est « plus c’est gros plus ça passe » et la version cinématographique, héritée d’Audiard est « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît« . Ce reportage nous expliquait que le site du camp de concentration de Auschwitz, qui est ouvert au public et entretenu afin de permettre la perpétuation de la mémoire, connaît des difficultés pécunières et peine à trouver des financements. Le reporter n’hésitait pas à s’affranchir d’un tabou en évoquant avec le responsable du lieu la possibilité de rendre la visite payante. Mais on se perdait ensuite en considérations fumeuses sur d’éventuels dons des pays membres de l’UE. Ces journalistes sont donc d’indécrottables timorés ! Allons donc, à notre époque, encore rechercher la solution étatique, l’assistanat, tout ça !!! Je ne pige pas que la Commission et l’OCDE n’aient pas encore préconisé une libéralisation du marché de la mémoire. Qu’on vende ce site au plus offrant ! Gageons que l’esprit d’entreprise saura innover, rendre ce secteur attractif et valoriser cette activité. Et ce malgré le manifeste désintérêt du commun des mortels consommateurs pour les questions historiques, pour les questions humaines, pour les questions euh … pour les questions en général. Faisons confiance au Marché ! Amen.




machisme et publicité : dur de se battre

5032008

La vidéo du 14.12.07 ci-dessous est un extrait d’une conférence sur l’image de la femme véhiculée, transformée, façonnée par la publicité. Evidemment, on y voit quelques bouts de chair puisque dans les pubs, hein (voir la bd Tout doit disparaître).

Immanquablement, un petit soldat de la morale a signalé le caractère dangereux de la chose. Bin oui, si un petit nenfant passant par là tombait sur un porte-jaretelles, ça serait torrib’ ! En revanche s’il tombe dessus au mileu d’un magma de cris et d’images vulgaires, de mensonges et d’injonctions à consommer, là c’est moins grave. Et s’il tombe sur les horreurs du journal télévisé, ça l’est encore moins hein, puisque c’est la dure réalité du monde réel (à l’aide Mona !).

Conséquence, les jésuites de youtube vous demandent de confirmer votre âge avant de la regarder, ce qui empêche de la voir ici : il faut absolument se rendre sur youtube. Et accessoirement, il vous faudra vous créer un compte. Là vous pourrez raconter portenaouak sur votre âge (né en 1900), ce qui souligne l’absurde hypocrisie de la contrainte. Au bout du compte (1), un décérébré bien-pensant, ou un publicitaire, voire un mec de youtube, fait vérouiller la vidéo, et grâce à ce mini-scandale dans un verre d’eau, youtube récupère des visites et des inscriptions. Qui se fait avoir dans l’histoire et qui utilise qui, le petit préfet des moeurs, les nobles combattants antipub et antisexisme, ou la multinationale youtube ?

NB
1. Et non pas « au final ». D’ailleurs on ne dit pas « la France a perdu au final » mais « Les Italiens nous ont volé en finale ».

 




killing us softly 3

14122007

Image de prévisualisation YouTube

 

 

mediaed




desmotscratie.net

17112007


un questionnement

avec cet extrait :

Via la sphère des médias grand public contrôlés par les tenants et les profiteurs du systèmes, un grand nombre de Français n’a pour opinion sur le sujet qu’une forme de bien-pensance calquée sur le discours dominant, celui qui passe bien dans la société, celui qui fait de vous quelqu’un de censé, sérieux et responsable. Et quand vous n’êtes rien dans une société fragilisée, précarisée, c’est important de pouvoir se nicher dans le creux douillet de l’opinion de référence adoptée par les gens « bien » de cette société à laquelle on a besoin de se sentir rattachés. Le sentiment d’appartenance dans notre monde éclaté, traversé de part en part par des forces centrifuges, est capital, fondamental.







A l'ouest du nouveau |
monaco-2008.org |
محمد... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | WADE - Président -
| la vérité
| Mohamed Fouad Barrada