privatisons Auschwitz

23062009

Encore un hommage à Pierre Desproges sur le service public audiovisuel. Hommage hélas involontaire. Soucieux de ne pas sombrer dans la grossièreté insondable de TF1, les journalistes de France Télévisions mènent des enquêtes audacieuses qui osent s’attaquer aux questions essentielles … et qui ne sont pas sans rappeler la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, sauf que là, ce seraient plutôt les deux heures futiles.

Hier soir c’était le tour de Benoît Duquesne, qui, malgré un joli prénom, accumule les preuves de son insignifiance à chacune de ses sorties. Son fait d’armes le plus légendaire date du soir de l’élection de Chirac en 1995, quant notre benet passa sa soirée à l’arrière d’une moto, le micro tendu vers la CX de Jacques et Bernadette (si on m’avait dit que je les regretterais ces deux-là !). Bref, ce sémillant passeur de plats était à l’oeuvre hier pour présenter une série de reportages, pas tous inintéressants d’ailleurs.

Mais l’un d’eux était particulièrement … étonnant ? Non, car « ensemble, tout est devenu possible« , selon la devise libérale, dont la version littéraire héritée de Machiavel est « plus c’est gros plus ça passe » et la version cinématographique, héritée d’Audiard est « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît« . Ce reportage nous expliquait que le site du camp de concentration de Auschwitz, qui est ouvert au public et entretenu afin de permettre la perpétuation de la mémoire, connaît des difficultés pécunières et peine à trouver des financements. Le reporter n’hésitait pas à s’affranchir d’un tabou en évoquant avec le responsable du lieu la possibilité de rendre la visite payante. Mais on se perdait ensuite en considérations fumeuses sur d’éventuels dons des pays membres de l’UE. Ces journalistes sont donc d’indécrottables timorés ! Allons donc, à notre époque, encore rechercher la solution étatique, l’assistanat, tout ça !!! Je ne pige pas que la Commission et l’OCDE n’aient pas encore préconisé une libéralisation du marché de la mémoire. Qu’on vende ce site au plus offrant ! Gageons que l’esprit d’entreprise saura innover, rendre ce secteur attractif et valoriser cette activité. Et ce malgré le manifeste désintérêt du commun des mortels consommateurs pour les questions historiques, pour les questions humaines, pour les questions euh … pour les questions en général. Faisons confiance au Marché ! Amen.




comment tout cela va-t-il finir ?

28042009

J’ai une petite idée :

 

comment tout cela va-t-il finir ? dans fictions ? deadbenito

et puis tiens, je ne suis pas tout seul




Entre bêtise et méchanceté, la peur…

12122008

Par Pierre Marcelle

sur le site de Libé

Du sadisme banal

Eh bien, Vittorio de Filippis n’aura pas expérimenté pour rien les joyeusetés de l’interpellation matutinale, du soupèsement de testicules (dit «fouille au corps») et de la garde à vue. Son exposition médiatique a suscité partout en retour moult reportages de traumatismes dont on ne rapportera ici qu’un seul, établissant exemplairement que les voies de l’arbitraire fonctionnaire sont multiples, et vicieuses, et chafouines.

Le témoignage, de première main, est incontestable. Il intéresse un de ces multiples et étranges étrangers vivant en France dans le respect de ses lois, et dont l’administration contrôle le séjour – comme il sied dans un Etat bien policé. Le sujet, domicilié dans une avenue Roger-Salengro, n’évoque pas de coups de chaussures à clous assénés contre lui dans d’obscurs sous-sols préfectoraux ni d’aveux extorqués d’hypothétiques mauvaises fréquentations. A son encontre, nulle brutalité verbale ni physique. Juste une misérable ignominie consistant à le domicilier, lors du renouvellement de ses titres de séjour, Avenue Roger-Salnegro. Soit à une fausse adresse, susceptible de lui valoir, en cas de contrôle, les pires tracas. Peu enclin à aggraver son cas déjà patent (il est tout noir) en se plaignant, notre résident a bien tenté de croire à une coquille, mais la répétition du procédé, divers coups de téléphone passés auprès de son employeur pour vérifier son état civil et sa qualité, et les ricanements à peine dissimulés qui l’accueillirent lorsqu’il vint bien poliment faire rectifier ses papiers, l’en ont vite dissuadé. Il a choisi d’écraser et, dans un sourire contraint, subit cette saloperie comme le prix à payer pour son intégration : un bizutage, un «moindre mal», un sadisme ordinaire comme il en va du racisme, une humiliation supplémentaire à quoi sa couleur de peau l’expose et l’habitua, mais qui laisse un goût plus qu’amer quand c’est la République qui l’inflige.

A l’heure où s’écrivent ces lignes, les «incidents de caténaires» se poursuivent et Michèle Alliot-Marie est toujours ministre de l’Intérieur. Comme le fut sous le Front populaire le socialiste Roger Salengro qui, harcelé de calomnies par la presse d’extrême droite après qu’il eut ordonné la dissolution de ses ligues, se suicida en novembre 1936.

De la connerie ordinaire

Ainsi nous revient qu’en tentant la semaine dernière de déterminer ce qui branle dans le fonctionnement de l’Etat quand il bave, via sa police ou sa justice, nous avons gravement sous-estimé les paramètres de l’ignorance crasse, de la niaiserie satisfaite et, pour tout dire, de la bêtise «granitique», dans quoi Flaubert voyait «quelque chose d’inébranlable [et que] rien n’attaque sans se briser contre elle»…

C’est alors de connerie d’Etat qu’il faudrait parler en lisant mardi dans Libération le témoignage de Benjamin Rosoux, l’épicier «terroriste» de Tarnac, rapportant les termes de son interrogatoire par des flicards fantasmant, à la ferme du Goutailloux, de sombres affaires de drogues et d’affriolante luxure ; et de même en découvrant, dans le Monde du 4 décembre, cette sortie ahurissante d’un collaborateur de la ministre Alliot-Marie proclamant, à propos des «sabotages» de caténaires, qu’«en 1917, ça a commencé comme ça». Selon le locuteur que citait le confrère, ce qui «a commencé comme ça», c’est la révolution russe d’octobre 1917 !

On a beau savoir que bêtise et méchanceté ne sont pas incompatibles, on frémit à les découvrir aussi intimement appariées que Michèle Alliot-Marie et Alain Bauer dans la fabrication du concept d’«ultra-gauche, tendance anarcho-autonome».

D’une angoisse certaine

Ces mots-là n’ont rien d’innocent, quand le même projet qui les accoucha consiste à instiller dans les populations la peur de tout, mais qui n’est peut-être que la peur de l’Etat lui-même, confronté à une crise financière pas finie et une crise sociale à peine commencée. Et c’est très naturellement que ces mots reviennent pour évoquer les «émeutiers» d’Athènes ou de Salonique. Ainsi, mardi soir, comme par hasard et au détour d’un reportage de France 2, la jeunesse grecque se découvrit-elle d’«ultra-gauche» ! Où la confusion des mots traduit exemplairement celle de commentateurs sollicitant, pour qualifier la révolte des étudiants d’outre-Méditerranée, tantôt le précédent de Mai 1968, tantôt celui de nos «émeutes des banlieues» de l’automne 2005.

Et plus souvent l’un et l’autre à la fois, dans la perception d’un quelque chose qui n’effraie pas que Nicolas Sarkozy. En deux jours et deux nuits s’est réalisée là-bas la jonction entre une «bavure» policière, la crise de l’Union européenne et celle, mondiale, du capitalisme. Jusqu’à donner des idées à la jeunesse d’une Italie qui, en termes de chômage des jeunes et de corruption de l’Etat, ne se porte guère mieux que le voisin héllène. Cette peur qui transpire au plus haut niveau de l’Etat, ce n’est pas celle de «l’insurrection qui vient», mais celle, fondée par la crise ou fantasmée par les médias, de la grève générale.

 




comme tout le monde

1042008

 

Putain ça penche, version électronique

 

Image de prévisualisation YouTube

 




machisme et publicité : dur de se battre

5032008

La vidéo du 14.12.07 ci-dessous est un extrait d’une conférence sur l’image de la femme véhiculée, transformée, façonnée par la publicité. Evidemment, on y voit quelques bouts de chair puisque dans les pubs, hein (voir la bd Tout doit disparaître).

Immanquablement, un petit soldat de la morale a signalé le caractère dangereux de la chose. Bin oui, si un petit nenfant passant par là tombait sur un porte-jaretelles, ça serait torrib’ ! En revanche s’il tombe dessus au mileu d’un magma de cris et d’images vulgaires, de mensonges et d’injonctions à consommer, là c’est moins grave. Et s’il tombe sur les horreurs du journal télévisé, ça l’est encore moins hein, puisque c’est la dure réalité du monde réel (à l’aide Mona !).

Conséquence, les jésuites de youtube vous demandent de confirmer votre âge avant de la regarder, ce qui empêche de la voir ici : il faut absolument se rendre sur youtube. Et accessoirement, il vous faudra vous créer un compte. Là vous pourrez raconter portenaouak sur votre âge (né en 1900), ce qui souligne l’absurde hypocrisie de la contrainte. Au bout du compte (1), un décérébré bien-pensant, ou un publicitaire, voire un mec de youtube, fait vérouiller la vidéo, et grâce à ce mini-scandale dans un verre d’eau, youtube récupère des visites et des inscriptions. Qui se fait avoir dans l’histoire et qui utilise qui, le petit préfet des moeurs, les nobles combattants antipub et antisexisme, ou la multinationale youtube ?

NB
1. Et non pas « au final ». D’ailleurs on ne dit pas « la France a perdu au final » mais « Les Italiens nous ont volé en finale ».

 




killing us softly 3

14122007

Image de prévisualisation YouTube

 

 

mediaed




vive la grossièreté

12112007

et à bas la vulgarité !

Un petit parfum de Groland n’dans la Bretagne

la version pujadas :
http://www.dailymotion.com/related/5737513/video/x3ggzp_sarko-perd-son-sangfroid-lintegrale_news




bon sang, mais c’est bien sûr !

10112007

Je me disais bien que je l’avais déjà vu quelque part le mec qui est tout le temps chez Pujadas :

bon sang, mais c'est bien sûr ! dans l'inhumanité en marche 8a85f406-1d3f-4725-81fb-a24a9eab0421

… s’il y avait un personnage de ma série du samedi aprème que j’aurais souhaité ne jamais voir président de la République, c’est bien lui !




le crépuscule, qu’on vous dit

23062007

la mort dans les sols

http://www.dailymotion.com/video/iASDveI1soTTw9Kgd

la mort dans les assiettes, dans les corps, dans le vivant

http://www.dailymotion.com/video/5Ti0isXvX3tvOe7qd

 

sur le film Alerte à Babylone

fiche du film sur le site Voir et Agir (production)

 




ci-gît 1789

6052007

ci-gît 1789 dans l'inhumanité en marche republiquefrancaisesarklw2







A l'ouest du nouveau |
monaco-2008.org |
محمد... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | WADE - Président -
| la vérité
| Mohamed Fouad Barrada