• Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Noël rouge, Noël vert

15122008

Youpi, voici le temps où chacun va communier avec ses semblables, va s’étourdir dans les temples de la consumation, va procéder au rituel exercice de son pouvoir, que dis-je, de sa puissance d’achat. Pour les moins dupes, il faudra se creuser le cigare pour trouver un cadeau qui ne sera pas abandonné en moins de 24 heures par son destinataire, qui remplira un tout petit peu son rôle de leure, faire oublier un temps qu’on est si malheureux et seuls dans ce monde en pleine désintégration. Cette joyeuse période ne doit pas, mes frères, nous faire oublier les pouilleux de toutes sortes et de tous lieux qui n’ont pas les moyens de se consumer pour s’oublier. Bien sûr, pour les infâmes raclures sarkozystes décérébrées (ça redonde à fond), ces considérations n’ont pas de sens ; mais quand je dis « mes frères« , je m’adresse à cette partie de l’Humanité qui n’a pas encore abdiqué son humanité.

Quand je vois rouge, je formule un secret espoir, déculpabilisant, que chacun, un jour, pourra assouvir ses pulsions consommatrices, au moins à Noël et un intime et solennel engagement de tout faire  (mais pas demain parce qu’on dîne chez maman) pour que cela devienne réalité.

Mais quand je vois vert, j’entends un discours déconcertant, libérateur, construit, cohérent et neuf.

http://www.dailymotion.com/video/k6YS3ufsYsxzrvijS0




d’où vient tout ce pognon ?

14122008

http://www.dailymotion.com/video/k2v8SL7VU1PL4GOo1C




Entre bêtise et méchanceté, la peur…

12122008

Par Pierre Marcelle

sur le site de Libé

Du sadisme banal

Eh bien, Vittorio de Filippis n’aura pas expérimenté pour rien les joyeusetés de l’interpellation matutinale, du soupèsement de testicules (dit «fouille au corps») et de la garde à vue. Son exposition médiatique a suscité partout en retour moult reportages de traumatismes dont on ne rapportera ici qu’un seul, établissant exemplairement que les voies de l’arbitraire fonctionnaire sont multiples, et vicieuses, et chafouines.

Le témoignage, de première main, est incontestable. Il intéresse un de ces multiples et étranges étrangers vivant en France dans le respect de ses lois, et dont l’administration contrôle le séjour – comme il sied dans un Etat bien policé. Le sujet, domicilié dans une avenue Roger-Salengro, n’évoque pas de coups de chaussures à clous assénés contre lui dans d’obscurs sous-sols préfectoraux ni d’aveux extorqués d’hypothétiques mauvaises fréquentations. A son encontre, nulle brutalité verbale ni physique. Juste une misérable ignominie consistant à le domicilier, lors du renouvellement de ses titres de séjour, Avenue Roger-Salnegro. Soit à une fausse adresse, susceptible de lui valoir, en cas de contrôle, les pires tracas. Peu enclin à aggraver son cas déjà patent (il est tout noir) en se plaignant, notre résident a bien tenté de croire à une coquille, mais la répétition du procédé, divers coups de téléphone passés auprès de son employeur pour vérifier son état civil et sa qualité, et les ricanements à peine dissimulés qui l’accueillirent lorsqu’il vint bien poliment faire rectifier ses papiers, l’en ont vite dissuadé. Il a choisi d’écraser et, dans un sourire contraint, subit cette saloperie comme le prix à payer pour son intégration : un bizutage, un «moindre mal», un sadisme ordinaire comme il en va du racisme, une humiliation supplémentaire à quoi sa couleur de peau l’expose et l’habitua, mais qui laisse un goût plus qu’amer quand c’est la République qui l’inflige.

A l’heure où s’écrivent ces lignes, les «incidents de caténaires» se poursuivent et Michèle Alliot-Marie est toujours ministre de l’Intérieur. Comme le fut sous le Front populaire le socialiste Roger Salengro qui, harcelé de calomnies par la presse d’extrême droite après qu’il eut ordonné la dissolution de ses ligues, se suicida en novembre 1936.

De la connerie ordinaire

Ainsi nous revient qu’en tentant la semaine dernière de déterminer ce qui branle dans le fonctionnement de l’Etat quand il bave, via sa police ou sa justice, nous avons gravement sous-estimé les paramètres de l’ignorance crasse, de la niaiserie satisfaite et, pour tout dire, de la bêtise «granitique», dans quoi Flaubert voyait «quelque chose d’inébranlable [et que] rien n’attaque sans se briser contre elle»…

C’est alors de connerie d’Etat qu’il faudrait parler en lisant mardi dans Libération le témoignage de Benjamin Rosoux, l’épicier «terroriste» de Tarnac, rapportant les termes de son interrogatoire par des flicards fantasmant, à la ferme du Goutailloux, de sombres affaires de drogues et d’affriolante luxure ; et de même en découvrant, dans le Monde du 4 décembre, cette sortie ahurissante d’un collaborateur de la ministre Alliot-Marie proclamant, à propos des «sabotages» de caténaires, qu’«en 1917, ça a commencé comme ça». Selon le locuteur que citait le confrère, ce qui «a commencé comme ça», c’est la révolution russe d’octobre 1917 !

On a beau savoir que bêtise et méchanceté ne sont pas incompatibles, on frémit à les découvrir aussi intimement appariées que Michèle Alliot-Marie et Alain Bauer dans la fabrication du concept d’«ultra-gauche, tendance anarcho-autonome».

D’une angoisse certaine

Ces mots-là n’ont rien d’innocent, quand le même projet qui les accoucha consiste à instiller dans les populations la peur de tout, mais qui n’est peut-être que la peur de l’Etat lui-même, confronté à une crise financière pas finie et une crise sociale à peine commencée. Et c’est très naturellement que ces mots reviennent pour évoquer les «émeutiers» d’Athènes ou de Salonique. Ainsi, mardi soir, comme par hasard et au détour d’un reportage de France 2, la jeunesse grecque se découvrit-elle d’«ultra-gauche» ! Où la confusion des mots traduit exemplairement celle de commentateurs sollicitant, pour qualifier la révolte des étudiants d’outre-Méditerranée, tantôt le précédent de Mai 1968, tantôt celui de nos «émeutes des banlieues» de l’automne 2005.

Et plus souvent l’un et l’autre à la fois, dans la perception d’un quelque chose qui n’effraie pas que Nicolas Sarkozy. En deux jours et deux nuits s’est réalisée là-bas la jonction entre une «bavure» policière, la crise de l’Union européenne et celle, mondiale, du capitalisme. Jusqu’à donner des idées à la jeunesse d’une Italie qui, en termes de chômage des jeunes et de corruption de l’Etat, ne se porte guère mieux que le voisin héllène. Cette peur qui transpire au plus haut niveau de l’Etat, ce n’est pas celle de «l’insurrection qui vient», mais celle, fondée par la crise ou fantasmée par les médias, de la grève générale.

 




claude lévi strauss par lui-même

4122008

Partie 1

http://www.dailymotion.com/video/k3834AfV7t3Ax8RDjI

Partie 3

http://www.dailymotion.com/video/k2WFwylCgmyhiLRFpQ

Partie 5

http://www.dailymotion.com/video/k6Za1TXhCGpJjlRFLC







A l'ouest du nouveau |
monaco-2008.org |
محمد... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | WADE - Président -
| la vérité
| Mohamed Fouad Barrada